Ne me touche pas

Jean 20 : 17
Jésus lui dit : Ne me touche pas ; car je ne suis pas encore monté vers le Père ; mais va vers mes frères, et dis-leur que je monte vers mon Père et votre Père, et vers mon Dieu et votre Dieu.
Λέγει αὐτῇ ὁ Ἰησοῦς, Μή μου ἅπτου, οὔπω γὰρ ἀναβέβηκα πρὸς τὸν πατέρα μου: πορεύου δὲ πρὸς τοὺς ἀδελφούς μου, καὶ εἰπὲ αὐτοῖς, Ἀναβαίνω πρὸς τὸν πατέρα μου καὶ πατέρα ὑμῶν, καὶ θεόν μου καὶ θεὸν ὑμῶν.

Petite anecdote entendue ce matin à la radio : « J’étais allée faire les courses pour mes parents âgés. Je suis sortie de l’épicerie, chargée de tous mes achats, j’ai trébuché et je suis tombée. Me voilà affalée, mes sacs éparpillés tout autour de moi. Deux personnes se sont précipitées vers moi. A distance je leur ai dit : on n’a pas le droit. Ne me touchez pas ! Ils m’ont répondu : on va quand même vous aider, Madame. Ils m’ont relevée… Et moi je me suis réfugiée dans l’encoignure d’une porte. Pour pleurer. » Et l’animatrice d’ajouter : « j’ai tellement été touchée d’avoir été touchée ! »Ça m’a touché. Métaphore de l’événement pascal : un dieu nous relève parce qu’il nous a touchés, au risque de sa vie. De sa mort.
Au matin de Pâques, Jésus dit à Marie de Magdala : Ne me touche pas. Car je ne suis pas encore monté près de mon père. Incohérence logique ! Car c’est bien quand il y sera monté qu’elle ne pourra plus le toucher !
Que cache le paradoxe ? Peut-être ceci : ce qui fait vivre nous touche parce qu’il demeure inaccessible.
Que cache le paradoxe ? Peut-être ceci : la foi n’est que désir. L’événement pascal creuse un trou dans l’espace et dans le temps. Fin d’un monde, avènement d’un autre monde. Ce que le langage traditionnel appelle Royaume de Dieu et Éternité. L’un et l’autre ne sont pas le prolongement de ce que nous connaissons. Ils constituent plutôt un horizon paradoxal : une trouée au coeur de la réalité. Une trouée au coeur de nous-mêmes. Là où la vie refuse d’être recluse dans des tombeaux de certitudes morales, philosophiques ou religieuses.
Une trouée au coeur de l’histoire : l’avenir est déverrouillé. Une promesse de vie s’y déploie. Et nous, nous en sommes seulement les échos. Vivants.

Didier Fievet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *