Quiconque voudra sauver sa vie la perdra

Disons-le en un mot : la mort de Jésus, c’est la mise à mort de tous les dieux qui réclament des sacrifices. Parce que Dieu a pris la place des sacrifiés. Voilà, ce que je crois ! Et j’avoue que c’est même le fond de ce que je crois.
Les dieux qui appellent au sacrifice sont légion. Ils ont pour nom réussite, quel que soit l’adjectif qu’on lui accole : matérielle, professionnelle, affective, sexuelle, familiale, intellectuelle, sportive, esthétique, religieuse et même spirituelle. Heureusement, nous ne sommes pas des intégristes : on meurt de mort lente1… Tant mieux, parce que vous savez, la mort, c’est létal ! Read More

Plus grand que qui, que quoi ?

Personne n’a un amour plus grand que celui de donner sa vie pour ses amis1 Jean prête ces mots à Jésus, dans nos traductions usuelles. Qui ont bien vite donné : Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis2. Ou encore : Si quelqu’un donne sa vie pour ses amis, c’est la plus grande preuve d’amour3.
Je ne suis pas sûr que ces traductions nous orientent sur le bon chemin, si c’est celui de faire du sacrifice le must4 du comportement chrétien. C’est bien sûr très flatteur de se voir ainsi, dans la resplendissante beauté du don de soi. À vouloir jouer les héros, il arrive qu’on finisse à leur ressembler, n’est-ce pas. Mais pour le bonheur de qui ?
Je ne suis pas sûr, non plus, qu’elles fassent droit au texte biblique. Read More

L’amour du Christ mène le monde à la réconciliation et à l’unité

Méditation sur le thème de l’Assemblée du Conseil Œcuménique des Églises :

En ce lundi 11 mai, je vous invite avec moi à prendre en considération le thème qui a été choisi pour la prochaine Assemblée du Conseil Œcuménique des Églises qui se déroulera en septembre 2021 à Karlsruhe (en Allemagne), car il me semble répondre à l’urgence de la situation et à la mission de l’Église du Christ. Je vous l’ai indiqué dans le titre de ce message.

Tout d’abord, il est centré sur l’amour du Christ. Nous sommes invités à nouveau à en mesurer toute l’ampleur, tant dans le quotidien de sa vie, il a été capable d’en montrer concrètement la portée. En ce moment, j’achève la lecture du dernier livre du pasteur Daniel Bourguet : « l’humble divinité de Jésus selon l’évangile de Marc » ; outre le fait que je n’avais pas une trop grande considération pour cet évangile et que cette lecture m’a obligé à changer d’optique, j’ai été particulièrement touché par la mise en lumière de cette composante de l’amour du Christ qu’était sa capacité à compatir à la souffrance du prochain rencontré. La compassion n’est pas ainsi une notion péjorative mais une dimension constitutive de l’amour dans ses trois dimensions : paternelle, filiale et fraternelle. Read More

La vraie vocation vient de Dieu seul

Jons Ehrenreich Jeromine est issu d’un milieu très pauvre. Il a fait la première guerre mondiale, a vu des amis mourir et a rencontré Tobie, un pasteur. Celui-ci est en poste dans une paroisse de mineurs couverte de poussière. Son église n’est plus fréquentée que par les femmes et les enfants. Il attend que Dieu l’emmène là où IL veut.
Jons, après ses études, est allé le retrouver. Ils prennent congé sur le quai de la gare.

Lorsqu’ils furent sur le quai de la gare, Jons saisit le bras de Tobie. « Tu estimais autrefois, dit-il, qu’il te fallait aller là où Dieu était le plus menacé. Mais ici il n’est plus menacé ; pour les hommes d’ici il est devenu poussière, il s’est dissous. . . Read More

Une dette ? Quelle dette ?

Selma Jezkova se tue à la tâche, dans une usine du fin-fond de l’Amérique. Émigrée, elle y élève seule son fils. Les comédies musicales hollywoodiennes lui donnent la force d’affronter son destin. Elle devient aveugle. Et elle danse. Gene, son fils est promis au même sort : sauf à être opéré il perdra la vue. Piastre après piastre1, Selma économise. Un voisin se fait compatissant. Juste pour faire main basse sur la cagnotte. À tâtons, elle va aller récupérer son argent, épargné jour après jour. Dans la lutte, elle tue le voleur. Accusée de meurtre, elle refusera les services d’un avocat. Les honoraires auraient absorbé les économies qu’elle va confier à une clinique, pour que Gene soit opéré. Et les dernières images du film2 vont juxtaposer le regard du fils, ébloui et la dernière danse de Selma, au bout de la corde… Read More

Dieu est un inattendu

Il est mort, il est ressuscité, rien de ben nouveau là d’dans…, réplique du garde dans le film Jésus de Montréal1. Et c’est vrai, Pâques n’est qu’un conte dépassé pour bien des gens. « Il est ressuscité ? Même pas vrai. Et puis, la belle affaire ! Nous, on meurt toujours ! » Jésus et sa philosophie de l’amour demeurent d’actualité, mais le reste… Le reste ? c’est ce qui reste à la secte plus ou moins finissante de ceux qui vont à l’église. On comprend cette réticence : Pâques, évidence massive, a tellement servi à soumettre les consciences et les corps. Read More